Accueil

7 réflexes qui forcent votre cerveau à vous rendre discipliné

La réussite n’est pas une question de motivation : c’est une question d’auto-discipline.

La motivation varie au cours d’une journée : elle dépend de votre humeur du moment.

Au contraire, la discipline est invariable — c’est grâce à elle que vous allez faire votre séance de sport après une journée difficile, alors que votre motivation à aller faire un jogging est au plus bas.

L’auto-discipline, c’est ce qui reste quand on n’a plus de motivation.

Pourquoi est-ce que j’ai choisi de parler de ça aujourd’hui ?

Parce que, comme la majorité des gens, la discipline n’est pas une chose naturelle chez moi.

Parce que j’ai dû apprendre l’auto-discipline.

Quand j’ai commencé à développer ma chaîne YouTube, je n’avais pas acquis ces réflexes : je perdais un temps fou pour faire des choses simples.

À cause de ça, mon travail était frustrant car les résultats n’étaient pas au rendez-vous.

C’est justement en adoptant un style de vie structuré et exigeant que j’ai véritablement pu atteindre mes objectifs (toucher des centaines de milliers d’Européens chaque mois, faire une différence dans la vie de ceux qui regardent mes vidéos, lire pour trouver de nouveaux sujets intéressants etc.).

Il y a 2 ans, j’ai décidé d’apprendre l’auto-discipline et de casser ma routine.

Depuis, à force de tester les méthodes qui marchent (et d’abandonner celles qui sont inefficaces), j’ai fait des progrès considérables… qui auraient surpris le moi d’il y a 2 ans !

J’ai donc décidé de partager avec vous 7 réflexes applicables dès aujourd’hui par n’importe qui pour développer votre auto-discipline.

1. Visualisez un but

Vouloir atteindre son but, c’est bien beau – encore faut-il savoir ce que c’est.

Le premier réflexe à prendre, c’est d’être capable de se représenter son but, de façon concrète et simple : qu’est-ce que je cherche à atteindre ?

Ça peut être une promotion à un poste précis, perdre 10 kilos avant l’été ou être capable d’avoir une conversation en italien.

Votre but doit vous servir de carburant pour faire des efforts — il faut donc que votre but apparaisse comme déjà réel.

Quand j’ai décidé d’apprendre le montage vidéo pour devenir autonome sur ma chaîne YouTube, j’ai d’abord imaginé à quoi ressemblerait ma vie une fois que j’aurais acquis cette compétence.

Finis les malentendus pour faire comprendre ce que je veux avec un monteur.
À moi la fierté de pouvoir dire que mes vidéos sont le résultat de mon travail.
Enfin, c’est un poste de dépense en moins, ce qui est une source de sérénité.

Cette projection m’a permis de ressentir directement les bénéfices futurs de mon travail et m’a apporté l’énergie pour progresser.

2. Mettez-vous dans la peau de votre « Moi du futur »


Comme le disait Rimbaud, « Je est un autre ». Il avait 1000 fois raison.

À chaque fois que vous remettez une tâche à demain, vous pénalisez votre moi du futur.

Repousser son travail pour le mettre sur les épaules de votre moi du futur, ça revient à contracter une dette — à un moment ou un autre, quelqu’un doit régler la note : vous.

En plus de ça, vous devrez subir la malédiction du procrastinateur. C’est quoi ?

C’est l’anxiété qui vous ronge quand vous tentez de vous distraire (sans succès) avec de la musique, des séries ou des jeux vidéo pour oublier que vous ne remplissez pas votre mission.

Vous avez beau ne pas travailler, vous n’arrivez pas à vous relaxer pour autant, parce qu’au fond de votre tête, une petite voix vous rappelle que vous êtes en train de gâcher votre journée.

Dites-vous que cette petite voix, c’est celle de votre moi du futur qui vous appelle à l’aide pour ne pas le surcharger plus tard.

Sans discipline, vous passez votre vie à gâcher celle de votre moi du futur.

Au contraire, l’effort d’aujourd’hui, c’est un cadeau que vous vous faites à vous-même et que vous récolterez dans l’avenir, qu’il s’agisse d’une récompense ou d’un repos bien mérité.

Faites preuve d’empathie avec vous-même. Ce n’est pas du narcissisme, c’est une source de force inespérée.

3. Apprenez à ne pas perdre votre temps

En France, l’espérance de vie moyenne est de 82 ans.

C’est l’équivalent de 30 000 jours environ.

Ça vous semble énorme, mais c’est en réalité très peu : si on considère que vous prenez votre vie en main à 14 ans et que vous commencez à perdre votre autonomie à 70 ans, ça vous fait 56 ans de vie à proprement parler.

C’est-à-dire 20 440 jours.

Dont un tiers environ sera passé à dormir : 13 500.

Vous sentez l’horloge qui tourne ? Alors il faut apprendre à organiser ses journées, pour ne pas perdre sa vie à rattraper le temps perdu.

Commencez à tenir un Bullet Journal : un simple carnet relié suffit. On trouve des méthodes gratuites très facilement sur Internet.


Exemple de Bullet Journal

Une fois que vous aurez pris le coup de main, les 24 heures d’une journée ne seront plus une jungle menaçante, mais un jardin japonais.

4. Pensez en termes d’objectifs

Visualiser son but, c’est imaginer les bénéfices à la fin, quand on a réussi. 

Penser ses objectifs, c’est imaginer les étapes qui permettent d’y arriver.

Objectif à court terme. Moyen terme. Long terme.

Voilà comment doit se découper chacun de vos buts.

Si vous vous dites : 

« Aujourd’hui je n’ai aucun cardio. Mais je veux pouvoir courir 8 kilomètres 3 fois par semaine. »

Vos chances de succès sont quasi-nulles.

La raison : le fossé entre la situation actuelle et le futur souhaité est infranchissable. Et vous allez perdre tout votre courage.

Dites-vous plutôt :

« Aujourd’hui je cours 1 kilomètre, qu’importe la durée qu’il me faut. Je ferai la même chose après-demain et 2 jours après. Et la semaine prochaine, je passerai à 1,2 kilomètres. » 

Soudain, vous avez un plan réaliste, avec des objectifs mesurables et atteignables

En somme, vous avez créé un itinéraire balisé et sécurisé pour atteindre le bout du voyage, tout en multipliant les récompenses en cours de route. 

5. Cherchez un modèle

Vos difficultés, quelqu’un les a déjà ressenties avant vous

Alors pourquoi ne pas gagner du temps en allant voir comment d’autres ont résolu les problèmes auxquels vous faites face actuellement ?

Ces gens, ce sont vos modèles 

Un oncle qui est parti de rien mais qui a réussi professionnellement.
Un collègue qui a les mêmes problèmes personnels que les vôtres.
Un professeur qui est prêt à vous épauler pour vous apporter ses connaissances.

Ce sont les mentors que j’évoquais dans un article précédent.

N’importe lequel de vos buts sera jonché d’embûches :

Faire un écart alimentaire pendant un régime.
Regarder une série pendant 3 heures plutôt que de lire.
Ou décliner une invitation à un événement social pour rester chez soi à ne rien faire.

Dans ce cas-là, votre mentor est là pour vous encourager à vous relever, à garder le moral et à continuer d’aller de l’avant.

Soit parce qu’il vous met un coup de pied aux fesses, soit parce qu’il place en vous des attentes que vous ne voulez pas décevoir.

6. Pratiquez un peu chaque jour plutôt que beaucoup de façon épisodique

« Le génie, c’est une série de petites choses faites correctement » disait le grand chef Marco Pierre White (le mentor de Gordon Ramsay).


Voilà l’homme qui était tellement exigeant qu’il a réussi à faire pleurer Gordon Ramsay. Mentor d’acier.


Et le sens du détail s’acquiert dans l’effort continu. Le génie est une affaire de travail régulier et pas de fulgurance aléatoire.

Les artistes qui ne s’entraînent pas chaque jour, ça n’existe pas

Dessiner un peu chaque jour ne vous apprend pas seulement à améliorer votre coup de crayon : ça vous apprend à travailler en général.

Qui dit régularité dit habitudes productives — et l’intérêt d’une habitude, c’est qu’au bout d’un moment, elles ne demandent même plus d’effort de votre part.

Travailler devient un automatisme et non plus une souffrance à laquelle il faut s’astreindre.

7. Suivre ses progrès

Il peut arriver que la poursuite d’un objectif se transforme en routine ennuyeuse.

On rame, sans savoir pourquoi.

Dans ces cas-là, pour retrouver un coup de boost, rien de mieux que de faire un point sur ses progrès : comparer aujourd’hui à hier.

C’est la preuve que l’on a fait des progrès et que l’effort paie. Et donc qu’un effort supplémentaire vous amènera un peu plus loin.

« Il y a un mois, j’étais incapable de faire plus d’une traction. Aujourd’hui, je peux en enchaîner 5. À ce rythme, j’ai hâte de voir ce que je pourrai accomplir le mois prochain !»

Deuxième intérêt de suivre ses progrès : si l’ennui vous gagne, c’est probablement parce que votre niveau d’exigence est trop bas.

Donc vos efforts vous offrent un sentiment de progression trop faible pour être satisfaisant.

En rehaussant le niveau de vos objectifs, vous casserez ce sentiment de stagnation et ce nouveau défi vous redonnera l’envie d’obtenir une vraie satisfaction de l’objectif atteint.

Conclusion – Commencer petit et ne jamais s’arrêter

Vous trouvez que 7 réflexes, ça fait beaucoup ? C’est normal.

Si vous débutez dans la prise en main de votre parcours d’excellence, concentrez-vous sur un seul réflexe à la fois

Il vaut mieux commencer petit et construire sur des bases solides que de se précipiter et de tout voir s’écrouler.

Enfin, si vous avez besoin du coup de pouce nécessaire pour franchir le pas, pensez à votre moi du futur.

Est-ce qu’il ne mérite pas que vous fassiez un petit effort maintenant pour obtenir ce que vous désirez de façon ardente au plus profond de vous-même ?
Rédigé par

Thaïs d'Escufon

Courage & Fierté
Il y a aucun commentaire sur :
7 réflexes qui forcent votre cerveau à vous rendre discipliné

Connectez-vous à votre compte sur” Conquêtes de Valeur” pour réagir à mon article !

Aidez-nous à diffuser le message !

Si vous avez trouvé de la valeur dans cet article, n’hésitez pas à le partager. Chaque partage contribue à construire une communauté plus forte et plus éclairée. Cliquez simplement sur l’un des boutons ci-dessous pour partager cet article avec votre réseau et permettre à d’autres de bénéficier de ces informations précieuses. Un simple geste de votre part peut grandement encourager et inspirer quelqu’un d’autre dans son parcours.

Partagez et inspirez : un clic, un immense impact !

Articles liés ou similaires

2 Jan 2024

Voilà la phrase qui m’a bannie de BFM TV à tout jamais

30 Juil 2023

Cet été, il y a une chose à faire pour préparer sa rentrée (tout en profitant de ses vacances).

25 Juil 2023

Faut-il abolir le privilège féminin ?

Rejoignez dès à présent mon espace communautaire

Ensemble, faisons dérailler le train du wokisme pour remettre sur les bons rails les relations homme-femme.

Menu

Espace membre