Accueil

Les tradwives peuvent-elles sauver l’occident ?

Les robes longues sont-elles en passe de faire tourner les têtes dans la rue davantage que les jeans slim ? 

C’est ce qu’indique la nouvelle mouvance « tradwife » (femme traditionnelle).

La tradwife, c’est tout le contraire de la « girlboss », la femme carriériste qui domine l’époque.



La tradwife rêve de rester au foyer plutôt que de prendre le métro pour aller au bureau tous les matins.
Elle préfère passer ses journées pieds nus dans la cuisine, entourée de ses enfants que d’enchaîner les spritz à 13 € pendant les afterworks en rooftop avec ses coworkers.
Elle délaisse les spreadsheets Excel pour se consacrer à la couture
Elle vit pour son mari plutôt que son patron, pour ses enfants plutôt que pour ses collègues.

En tant qu’homme, vous vous réjouissez sûrement de ce changement. Vous espérez qu’il se normalise et, qui sait, peut-être un jour conquérir votre tradwife.

C’est compréhensible. J’ai d’ailleurs moi-même beaucoup de sympathie pour ce mouvement !

Je préfère 1 000 fois qu’on donne en modèle aux petites filles la tradwife plutôt que la girlboss.

Pour autant, je ne pense pas que ce sera le remède miracle et facilement accessible pour trouver la femme parfaite. Et ce ne sera pas non plus la solution magique au problème du célibat en Occident ou du déclin de la famille.

Et ce pour 3 raisons.

1. AVEZ-VOUS LES MOYENS D’ENTRETENIR UNE FEMME AU FOYER ?

La question peut sembler brutale, mais en tant qu’homme, vous devez pouvoir y répondre de façon honnête et claire.

Aujourd’hui, faire vivre une famille avec un seul salaire est un luxe, réservé à l’élite économique.

Vous comptez fonder une famille nombreuse, scolariser vos 5 enfants hors de l’école publique et être propriétaire d’une maison dans une zone où on peut les laisser jouer dehors sans se faire du souci pour eux ?

Il faut vous rendre à l’évidence : si vous gagnez moins de 4 500 € par mois, ce ne sera pas difficile… ce sera tout bonnement impossible.



(Sans même parler de l’inflation galopante.)

Certes, il ne s’agit pas de réduire la vie de famille à un empilement de factures. Mais si votre femme est « tradi », elle en attendra autant de vous. Et c’est bien normal. Or, le rôle d’un homme traditionnel, c’est d’incarner la sécurité pour sa famille (sur tous les plans).

Vous avez les moyens d’un tel mode de vie ? Alors, foncez !

Mais si ce n’est pas le cas, il est inconscient de se jeter dans le vide sans filet de sécurité.

2. « RESTER AU FOYER TOUTE LA JOURNÉE », CE N’EST PAS UN MODE DE VIE TRADITIONNEL

Si le modèle de la femme au foyer des années 50 qui reste à la maison toute la journée a disparu, ce n’est pas seulement la faute des féministes.

C’est aussi parce que c’est un arrangement très difficile à supporter pour la femme moyenne. Il faut l’admettre.

Les hommes supportent la solitude beaucoup mieux que les femmes. Pour se ressourcer, elles ont besoin de leur famille, de leurs amies, de leur voisinage… Ne serait-ce que pour papoter.

Or, le modèle « années 50 » est construit comme si l’inverse était vrai : l’homme voit du monde toute la journée (ses collègues, ses amis…), alors que son épouse tourne en rond du matin au soir.


Betty Draper dans Mad Men est la 1950’s housewife parfaite. Mais ça ne lui suffit pas.


Elle prépare le dîner en attendant que ses enfants rentrent de l’école et que son mari rentre du travail. Une fois le repas terminé, tout le monde au lit. Et on recommence jour après jour.

J’ai plusieurs amies qui sont des tradwives. Elles sont contentes de leur choix. Mais cet isolement, c’est la critique qui revient le plus souvent (et de loin) sur ce mode de vie.

Alors les femmes se sont mises à rêver du mode de vie masculin : l’excitation de la compétition au travail, l’indépendance économique, la progression dans une carrière…

Elles n’en voyaient pas les aspects ingrats : fatigue, pression, relations professionnelles parfois insupportables, incertitude…

Mais prendre des risques, quitte à souffrir, c’est toujours plus palpitant que de rester chez soi et d’avoir l’impression que le monde est en plein mouvement de l’autre côté de sa fenêtre.

La femme moyenne qui veut redevenir femme au foyer sans un environnement social riche autour d’elle ne tiendra pas longtemps : isolée, elle se prendra de nouveau à rêver de liberté et d’autonomie financière.

3. LA BONNE TRADWIFE ET LA MAUVAISE TRADWIFE

Dans l’Occident du XXIe siècle, on ne naît pas tradwife… on le devient.

Estee Williams, une tradwife américaine qui parle de son mode vie à ses 800 000 abonnés sur TikTok, le reconnaît elle-même : « Je n’ai pas grandi dans un foyer traditionnel. […] Mes parents étaient divorcés. »

Quand une fille se préserve de l’enfer progressiste en devenant tradwife, c’est une bonne chose. Cela fait une femme de moins qui sera brisée par la révolution sexuelle et le nihilisme. Et ça fera un couple stable en plus.

Mais si vous êtes un homme, faites attention.

Quand on choisit sa future femme, on fait attention à qui elle est aujourd’hui

Normal. Mais il est important de connaître son passé

« Qui était cette fille avant d’être une tradwife ? »

Elle a pu faire des choses qu’elle regrette aujourd’hui, de façon sincère. Une fille qui a fait des erreurs à le droit à une seconde chance.

Mais elle peut aussi avoir un passé beaucoup plus difficile à assumer (ex-copain obsessionnel ou dangereux, mère célibataire, adepte de l’hyper-promiscuité quand elle était plus jeune…).

Or, malgré toute sa volonté de changer, un passé de ce genre indique que la fille en question a une grosse tendance à prendre régulièrement de très mauvaises décisions

Et demain, c’est vous qui allez en payer le prix : par exemple, êtes-vous prêt à devoir attendre, jour après jour, le retour de son ex qui n’a pas tourné la page ?

Dans ce cas, il est plus prudent de passer votre chemin. N’oubliez pas que vous recherchez la future mère de vos enfants.

La vigilance est de mise.

Certains mauvais signes (red flags) sont visibles : tatouages vulgaires, enfant d’une relation précédente. Dans ce cas, pas de difficulté. 

D’autres sont plus discrets car ils ont à voir avec la personnalité : par exemple, une femme qui accuse « le monde moderne » pour toutes ses difficultés (sentimentales, notamment) montre qu’elle est irresponsable. À éviter de toute urgence si vous cherchez à construire une relation longue.

CONCLUSION – CONJUGUER SA STRATÉGIE PERSONNELLE & UNE SOLUTION POLITIQUE

Votre situation est suffisamment bonne pour assumer un mode de vie tradi ? Et vous êtes certain que la tradwife que vous convoitez est la bonne ? Ne passez pas à côté de cette occasion unique.

Mais le « phénomène tradwife » ne sauvera pas l’Occident. Ces filles sont charmantes et généralement pleines de bonne volonté, mais elles resteront un modèle minoritaire.

Notre société a besoin d’un remède global pour soigner l’état mortifère des relations de couple et de la famille.

Si l’on se prétend conservateur, patriote, identitaire, enraciné (ou n’importe quel autre mot pour dire qu’on ne se reconnaît pas dans les délires progressistes), alors il faut réfléchir et agir à 100 % dans une direction : trouver les moyens concrets pour redorer le blason de la monogamie pour l’Européen moyen.

Ni progressisme, ni passéisme.

Sinon, on se cantonne à limiter les relations saines à une minorité. Ça, c’est déjà un aveu de défaite.

Les tradwives nous indiquent que le modèle progressiste de la femme « libérée » est à bout de souffle. C’est un premier pas salutaire pour redécouvrir la monogamie. Il faut maintenant aller plus loin, en finissant de détruire le mythe du méchant patriarcat. Ça tombe bien, car je compte en parler très prochainement.
Rédigé par

Thaïs d'Escufon

Courage & Fierté
Il y a aucun commentaire sur :
Les tradwives peuvent-elles sauver l’occident ?

Connectez-vous à votre compte sur” Conquêtes de Valeur” pour réagir à mon article !

Aidez-nous à diffuser le message !

Si vous avez trouvé de la valeur dans cet article, n’hésitez pas à le partager. Chaque partage contribue à construire une communauté plus forte et plus éclairée. Cliquez simplement sur l’un des boutons ci-dessous pour partager cet article avec votre réseau et permettre à d’autres de bénéficier de ces informations précieuses. Un simple geste de votre part peut grandement encourager et inspirer quelqu’un d’autre dans son parcours.

Partagez et inspirez : un clic, un immense impact !

Articles liés ou similaires

2 Jan 2024

Voilà la phrase qui m’a bannie de BFM TV à tout jamais

30 Juil 2023

Cet été, il y a une chose à faire pour préparer sa rentrée (tout en profitant de ses vacances).

25 Juil 2023

Faut-il abolir le privilège féminin ?

Rejoignez dès à présent mon espace communautaire

Ensemble, faisons dérailler le train du wokisme pour remettre sur les bons rails les relations homme-femme.

Menu

Espace membre

[pdfjs-viewer url=https://thaisdescufon.com/wp-content/uploads/2024/03/Bulletin-don-Thais-new-1.pdf viewer_width=600px viewer_height=700px fullscreen=true download=true print=false]

DONS PAR CHÈQUES

Vous pouvez télécharger un bulletin de don et nous envoyer le chèque à :

ADLDH
Thaïs d’Escufon
128 rue la Boétie
75008 Paris